Rechercher
Rechercher
Close this search box.
Fédération québecoise du cancer

L’histoire d’Annie L. : briser l’isolement

« L’art-thérapie m’a profondément aidée à libérer toutes ces émotions et ces angoisses qui m’habitaient quotidiennement. Aussi, au travers des lectures proposées par les documentalistes, j’ai pu lire les histoires d’autres personnes touchées, ce qui m’a beaucoup rassurée. »

En 2019, Annie apprend qu’elle est atteinte d’un cancer. Un choc pour cette femme de 60 ans qui a toujours eu une santé de fer. Bien qu’elle puisse compter sur des membres de sa famille et sur une équipe médicale rassurante, Annie se sent complètement déboussolée pendant son parcours pour traiter la maladie et ses nombreux séjours hospitaliers, loin de chez elle. En avril 2019, alors qu’elle commence son premier traitement de chimiothérapie, elle découvre les activités proposées par le Centre régional et Hôtellerie de Québec de la Fondation, et notamment son offre d’art-thérapie. Une véritable bouée de sauvetage pour Annie qui se sent très seule :

« L’art-thérapie m’a profondément aidée à libérer toutes ces émotions et ces angoisses qui m’habitaient quotidiennement. Participer à ces ateliers créatifs en compagnie d’autres personnes qui vivaient une situation similaire me permettait de briser l’isolement et de me sentir comprise dans les bons comme les mauvais moments. »

Annie poursuit les séances d’art-thérapie pendant plus d’un an et demi et découvre la Bibliothèque Info-cancer. Elle profite des ateliers d’art-thérapie dispensés dans les locaux de la Fondation pour parcourir et emprunter des ouvrages disponibles sur les bons conseils de France Vachon, documentaliste à la Fondation :

« Mme Vachon est très empathique et tellement gentille. Elle sait nous conseiller avec soin et nous propose des lectures adaptées à nos envies et nos besoins. La Bibliothèque Info-cancer est une ressource tellement utile! J’aurais vraiment aimé connaitre son existence au moment où j’ai reçu mon diagnostic… C’est tellement bouleversant d’apprendre qu’on a un cancer et comment le traiter. Au travers des lectures proposées, j’ai notamment pu comprendre toutes les étapes de traitements du cancer grâce à Le cancer est un mot, pas une condamnation de Robert Buckman, et lire les histoires d’autres personnes touchées dans Maudit colon : survivre au cancer colorectal de Paule Laflamme m’a beaucoup rassurée. J’ai aussi pu me documenter sur l’alimentation et les moyens de contrer les effets secondaires des traitements. Un service que je recommande à tous! »

Reconnaissante des services dont elle a pu bénéficier, Annie offre aujourd’hui de son temps à la Fondation afin d’apporter son aide aux personnes qui, comme elle, traversent l’épreuve du cancer.

D’autres témoignages intéressants

MartineFiloni750-480

L’histoire de Martine Filoni : les bienfaits des ateliers

« Cet hiver, avec grand bonheur j’ai pu assister à certains ateliers offerts par la Fondation québécoise du cancer (FQC), comme le Qi gong, le yoga, la santé par le rire et les ateliers de visualisation. »
Senior couple spending time outside at seashore together

L’histoire de Suzan C. : la pression des frais médicaux

Il y a la douleur du cancer, mais aussi la pression des frais médicaux.
Jocelyne_Cliche

L'histoire de Jocelyne Cliche : retour à la vie active

« Aussitôt après avoir reçu mon diagnostic, je demandais déjà à l’équipe soignante : “Je retourne travailler quand?” »
Témoignage de Nadine B., travailleuse sociale, aux sujet du PAVQ

L’histoire de Nadine B. : une solution pour le mieux-être financier des patients

« Le PAVQ vient combler des besoins de base. Il soulage ainsi, mentalement et financièrement, ces personnes en situation de grande vulnérabilité. »
Serge D. : témoignage

L’histoire de Serge D. : pallier au fardeau financier du cancer

« Je suis conscient que le PAVQ ne peut pas résoudre tous mes problèmes financiers, mais il représente un soutien précieux. »
Roxanne S. : témoignage de 3 cancers

L’histoire de Roxane S. : 3 diagnostics à 31 ans

« Plusieurs frustrations ou sentiments négatifs que je pouvais ressentir étaient tout à fait normaux. Cela m’a beaucoup aidé dans mon processus d’acceptation. »