Rechercher
Rechercher
Close this search box.
Fédération québecoise du cancer

L’histoire de Serge D. : pallier au fardeau financier du cancer

« Je suis conscient que le PAVQ ne peut pas résoudre tous mes problèmes financiers, mais il représente un soutien précieux. »

Après plusieurs mois à chercher ce que j’avais et un premier diagnostic erroné, un diagnostic de cancer de l’anus m’est finalement tombé dessus, en février 2023.

En tant que travailleur autonome, ce diagnostic a eu un impact dévastateur sur ma vie professionnelle. J’ai dû réduire drastiquement mes activités, ce qui a entraîné une perte significative de revenus. Imaginez passer d’une certaine stabilité financière à une situation de précarité soudaine, alors que vous êtes à la fois en traitements de chimiothérapie et de radiothérapie, comme c’était mon cas il y a un an…

Cette pression financière s’est ajoutée au fardeau déjà pesant de la maladie, générant un stress supplémentaire dont je n’avais pas besoin. Quand on est atteint d’un cancer, toutes nos activités quotidiennes sont bouleversées et cela affecte indéniablement nos finances, car les factures n’arrêtent pas de s’accumuler pour autant.

Une initiative concrète face aux impératifs financiers

Heureusement, ma travailleuse sociale m’a informé de l’existence du Programme d’aide à la vie quotidienne (PAVQ) de la Fondation québécoise du cancer et m’a proposé de remplir une demande. Je tiens à souligner l’importance de cette initiative. Être atteint d’un cancer, c’est éprouvant.

« Je suis conscient que le PAVQ ne peut pas résoudre tous mes problèmes financiers, mais il représente un soutien précieux. C’est d’autant plus vrai lorsque l’on considère les limites des ressources financières disponibles, que ce soit au niveau gouvernemental ou communautaire, pour les personnes dans ma situation. Malheureusement, des catastrophes humaines en résultent beaucoup trop souvent. Notre gouvernement a un travail important à faire de ce côté. »

Vous faites la différence

Face à un réseau de santé en crise qui laisse souvent peu de place à l’humanité et à la bienveillance, c’est rassurant de savoir que des organismes, et les gens derrière, répondent présents pour soutenir les personnes atteintes d’un cancer. La Fondation québécoise du cancer répond à ce besoin essentiel, en offrant aussi l’accès à son équipe interprofessionnelle en oncologie ainsi que ses services d’aide, d’hébergement et d’accompagnement destinés aux patients, aux proches, et aux professionnels du réseau de la santé. Tout cela fait une réelle différence dans nos vies!

D’autres témoignages intéressants

MartineFiloni750-480

L’histoire de Martine Filoni : les bienfaits des ateliers

« Cet hiver, avec grand bonheur j’ai pu assister à certains ateliers offerts par la Fondation québécoise du cancer (FQC), comme le Qi gong, le yoga, la santé par le rire et les ateliers de visualisation. »
Senior couple spending time outside at seashore together

L’histoire de Suzan C. : la pression des frais médicaux

Il y a la douleur du cancer, mais aussi la pression des frais médicaux.
Jocelyne_Cliche

L'histoire de Jocelyne Cliche : retour à la vie active

« Aussitôt après avoir reçu mon diagnostic, je demandais déjà à l’équipe soignante : “Je retourne travailler quand?” »
Témoignage de Nadine B., travailleuse sociale, aux sujet du PAVQ

L’histoire de Nadine B. : une solution pour le mieux-être financier des patients

« Le PAVQ vient combler des besoins de base. Il soulage ainsi, mentalement et financièrement, ces personnes en situation de grande vulnérabilité. »
Bénéficiaire livre bibliothèque

L'histoire d'Annie L. : briser l'isolement

« L'art-thérapie m’a profondément aidée à libérer toutes ces émotions et ces angoisses qui m’habitaient quotidiennement. Aussi, au travers des lectures proposées par les documentalistes, j’ai pu lire les histoires d’autres personnes touchées, ce qui m’a beaucoup rassurée. »
Roxanne S. : témoignage de 3 cancers

L’histoire de Roxane S. : 3 diagnostics à 31 ans

« Plusieurs frustrations ou sentiments négatifs que je pouvais ressentir étaient tout à fait normaux. Cela m’a beaucoup aidé dans mon processus d’acceptation. »