Rechercher
Rechercher
Close this search box.
Fédération québecoise du cancer

L’histoire de Nadine B. : une solution pour le mieux-être financier des patients

« Le PAVQ vient combler des besoins de base. Il soulage ainsi, mentalement et financièrement, ces personnes en situation de grande vulnérabilité. »

Nadine B. est travailleuse sociale en oncologie à l’Hôpital de Verdun, qui fait partie du CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal. Un métier qui la passionne depuis plus de huit ans.

« Mon travail, je le fais pour le mieux-être des patients. Je veux trouver des solutions avec eux, car ils sont sous un niveau de stress chronique et aigu et leur offrir de l’aide concrète leur permet de reprendre contrôle sur certains aspects de leur vie. À mes yeux, leur sourire et l’amélioration de leur situation n’a pas de prix. »

Pallier à la vulnérabilité

Lorsque l’infirmière-pivot avec laquelle elle travaille lui parle du Programme d’aide à la vie quotidienne de la Fondation québécoise du cancer, Nadine s’inscrit immédiatement à la formation, car elle connait la vulnérabilité financière de certains de ses usagers.

« De l’aide financière pour nos patients, il n’y en a jamais de trop. Je pense notamment à ceux qui sont en situation de détresse financière. Obtenir la certification du PAVQ s’est révélé très simple et rapide. Le processus de formation est bien construit, les modules sont intéressants et les explications, claires. La Fondation met à disposition les ressources nécessaires pour faciliter notre travail et ainsi apporter une aide concrète et rapide à ceux qui en ont le plus besoin. »

Aider ceux non admissibles à d’autres programmes

« Le PAVQ vient remplir un besoin majeur. Il permet de soutenir ceux qui passent à travers les mailles du filet, ceux qui ne répondent à aucun critère d’éligibilité d’autres programmes d’aide existants. »

« Dans mon travail, j’interagis régulièrement avec des personnes touchées par un cancer dans une situation financière précaire. Souvent, ils ont bien du mal à combler leurs besoins primaires : se loger décemment, aller à l’épicerie, acheter du matériel de soin adapté à leur condition. Certains n’ont même pas de quoi se payer de la lessive ou du savon. Pourtant, lorsqu’on vit avec un cancer, une nourriture saine, des soins adaptés et de bonnes conditions de vie sont essentiels pour y faire face. C’est là que le PAVQ intervient :  ce programme pertinent et nécessaire vient combler des besoins de base. Il soulage ainsi, mentalement et financièrement, ces personnes en situation de grande vulnérabilité. Le PAVQ mérite d’être plus connu dans le domaine de l’aide sociale en oncologie. »

De juin 2022 à juin 2024, plus de 360 travailleurs et intervenants sociaux sont déjà accrédités par la Fondation afin d’accompagner les personnes atteintes d’un cancer en situation de détresse financière, dans l’ensemble du Québec.

Pour en savoir davantage sur les moyens d’accompagner vos patients et pour plus d’informations sur la demande d’aide de dernier recours du PAVQ de la Fondation québécoise du cancer, écrivez-nous à [email protected].

D’autres témoignages intéressants

MartineFiloni750-480

L’histoire de Martine Filoni : les bienfaits des ateliers

« Cet hiver, avec grand bonheur j’ai pu assister à certains ateliers offerts par la Fondation québécoise du cancer (FQC), comme le Qi gong, le yoga, la santé par le rire et les ateliers de visualisation. »
Senior couple spending time outside at seashore together

L’histoire de Suzan C. : la pression des frais médicaux

Il y a la douleur du cancer, mais aussi la pression des frais médicaux.
Jocelyne_Cliche

L'histoire de Jocelyne Cliche : retour à la vie active

« Aussitôt après avoir reçu mon diagnostic, je demandais déjà à l’équipe soignante : “Je retourne travailler quand?” »
Serge D. : témoignage

L’histoire de Serge D. : pallier au fardeau financier du cancer

« Je suis conscient que le PAVQ ne peut pas résoudre tous mes problèmes financiers, mais il représente un soutien précieux. »
Bénéficiaire livre bibliothèque

L'histoire d'Annie L. : briser l'isolement

« L'art-thérapie m’a profondément aidée à libérer toutes ces émotions et ces angoisses qui m’habitaient quotidiennement. Aussi, au travers des lectures proposées par les documentalistes, j’ai pu lire les histoires d’autres personnes touchées, ce qui m’a beaucoup rassurée. »
Roxanne S. : témoignage de 3 cancers

L’histoire de Roxane S. : 3 diagnostics à 31 ans

« Plusieurs frustrations ou sentiments négatifs que je pouvais ressentir étaient tout à fait normaux. Cela m’a beaucoup aidé dans mon processus d’acceptation. »